Il était une fois… ajouter de l’eau et voilà!

Affiché 1 février 2021 par Audrey Legris dans Il était une fois

Il était une fois… ajouter de l’eau et voilà! Je ne saurais comment vous expliquer à quel point les ??singes de mer?? me perturbent… et me fascinent. Vous ne savez pas ce que sont les singes de mer? Attachez votre tuque, c’est toute une histoire.

Les singes de mer, ou Sea Monkeys de leur nom d’origine, sont le fruit d’un stratagème de marketing con?u par Harold von Braunhut dans les années 60. Ce dernier en aurait eu l’idée en voyant dans une animalerie un sceau contenant des artémias (ou crevettes des salines) destinées à servir de nourriture aux poissons. C’est que les artémias possèdent un don bien spécial?: elles peuvent entrer en cryptobiose, ce qui signifie que leurs ?ufs peuvent demeurer dans un état de stase pendant très, très longtemps. Cha-ching ! Le sort en était jeté : Braunhut allait vendre ces étranges crustacés microscopiques aux enfants. Mouais… tous les go?ts sont dans la nature, je suppose.

Vinrent ensuite les annonces. D’un point de vue marketing, elles tenaient tout simplement du génie… Publiées dans les comic books, ces fameuses bandes dessinées de superhéros encore si populaires aujourd’hui, elles mariaient la plume savamment vendeuse de Braunhut aux illustrations de Jo?Orlando, lesquelles ont passé à la légende. Pour la modique somme de 1,25?$, on vous offrait la chance de ??pénétrer dans le monde merveilleux des incroyables singes de mer?? et de ??posséder le bonheur dans un bocal??. Pourquoi les appelait-on des ??singes de mer???? Mystère et boule de gomme.

On promettait aux enfants des animaux de compagnie instantanés, et bon, en principe, c’est ce qu’ils obtenaient. Mais disons que les annonces exagéraient dr?lement le résultat escompté. Après tout, Harold?van?Braunhut était aussi l’inventeur des fameuses ??lunettes à rayons X?? et du ??poisson rouge invisible??. Un génie du marketing qui ne s’embarrassait pas trop avec les principes, mettons?!

En tout cas. Les singes de mer sont juste vraiment bizarres, et je n’en voudrais certainement pas chez moi – n’en déplaise aux amateurs de crevettes?!

Audrey | Coordonnatrice